Aujourd’hui, 10 novembre, c’est la journée contre le harcèlement à l’école et sur Internet. On te dit comment et pourquoi briser le silence.

Tu es victime
À l’école, de façon répétée, tes camarades se moquent de toi, te volent ou abîment tes affaires, te donnent des surnoms méchants, rigolent quand tu participes en classe, te bousculent. Si tu te sens mis de côté, s’ils refusent de jouer ou de déjeuner avec toi. Si tout cela te blesse et que tu ne sais pas comment faire pour que cela s’arrête.

Que peux-tu faire pour être aidé ? Il faut en parler pour trouver de l’aide et des solutions :

  • À un adulte de ton école : ta maîtresse ou ton maître, la personne qui surveille la cantine, l’animateur avec qui tu fais peut-être des activités le midi ou après la classe. Ils peuvent t’écouter et t’aider.
  • À tes parents ou une personne de ta famille ou de ton entourage : ils pourront contacter l’école.
  • À un camarade de classe ou de l’école qui pourra en parler à un adulte.
  • Ne reste pas seul face à ton problème. Tu dois savoir que les adultes doivent te protéger et t’aider

Tu peux raconter, écrire ou dessiner ce qui s’est passé avec tous les détails dont tu te souviens (fais-toi aider si nécessaire). Tu peux aussi noter la date, l’heure, les personnes présentes, la description des faits, leur répétition, ce que tu ressens, tes réactions face à cette situation, etc.

Ce que tu ne dois pas faire
Ne tente pas de résoudre le problème toi-même (ni avec des amis) par la violence.

Tu es témoin
Si dans ta classe ou ton école, un de tes camarades est, de façon répétée, moqué, appelé avec des noms méchants, bousculé, si les camarades refusent qu’il soit dans le groupe de travail ou ne veulent pas manger avec lui à la cantine, il est victime de harcèlement

Le harcèlement n’est pas un jeu : c’est grave pour celui qui le subit. S’il est victime de faits semblables sur Internet, on parle alors de cyber-harcèlement.

Que peux-tu faire pour aider un élève harcelé ? Il faut en parler pour trouver de l’aide et des solutions :

  • À un adulte de ton école : ta maîtresse ou ton maître, la personne qui surveille la cantine, l’animateur avec qui tu fais peut-être des activités le midi ou après la classe. Ils sont là pour t’écouter, t’aider, te protéger, car tu peux avoir peur de parler. Ils peuvent trouver des solutions pour ton camarade mais aussi pour toi.
  • À tes parents ou une personne de ta famille ou de ton entourage : ils pourront contacter l’école ou le référent harcèlement de l’académie.
  • À tes amis qui pourront en parler à un adulte, si tu crains de le faire toi-même.

Parler du harcèlement c’est agir pour que la violence que ton camarade subit s’arrête.C’est aussi agir pour que d’autres camarades ou peut-être toi-même, ne soient aussi touchés par cette violence.

BON À SAVOIR
En cas de harcèlement scolaire, un mineur peut porter plainte seul. Si l’auteur a moins de 18 ans, il risque de six mois à deux ans et demi de prison et 7500 € d’amende. Si l’auteur a moins de 13 ans, il ne peut pas aller en prison, mais doit être jugé devant le tribunal pour enfants. Le juge peut décider d’un rappel à la loi ou de le placer dans un centre d’éducation ou une autre structure adaptée.

Les numéros et adresses utiles
LE 30 20 : STOP HARCÈLEMENT À L’ÉCOLE. NUMÉRO NATIONAL ET GRATUIT, SI TU ES VICTIME OU TÉMOIN DE HARCÈLEMENT.
LE 30 18 : NET ÉCOUTE CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT.
Plus d’informations sur: https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Retrouve, dans le Disney Girl du mois, notre interview de Diariata N’Diaye, autrice de “Arsène et Marcelle me harcèlent” (Gründ), un texte en slam qui dénonce le harcèlement scolaire. 

 

2 Commentaires

DONNE TON AVIS !

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

*Champs obligatoires

Plutôt que ton véritable prénom, choisis un pseudo dont tu peux facilement te souvenir.
Ton adresse de messagerie ne sera ni publiée ni conservée.

PARTAGER CET ARTICLE SUR
Article précédentTente de gagner le tome 3 de la série BD « Les sœurs Gremillet » !
Article suivant“Il était une fois 2”, la bande-annonce